TOURSN’MAN 2018 ou le Challenge 4H training pour moins de 11H sur IM



Comme toujours la course commence à J-2 avec un petit SMS à mon consultant « stratégie IM », j’ai nommé ami Mitch. Comme il n’est pas dans l’émulation aveuglante de la course, et qu’il me connait bien, c’est une source que j’estime objective.
La conversation se résume à :
-         - Bon, quelle stratégie pour Tours
-         - Tu as appris à courir ou toujours pas ?
-         - J’ai fait 49’ au M de Villiers
-         - Pas mal. Tu penses pouvoir faire un temps en cap ?
-         - Heuuuuuu….
-         - Parce que tu peux faire qu’une stratégie
-        -  Je pense serrer les dents en cap
-        -  Vélo à fond et essayer de tenir en cap c’est pas drôle sinon. Et comme tu nages pas vite non plus…
C’est simple au final… Limite plus besoin de faire la course…

Rentrons dans le vif du sujet (j’économise le J-1, le H-8, H-1,…). On se retrouve donc à un bon petit groupe du club et sympathisant proches déguisés en pingouins sous un ciel un poil menaçant, devant les eaux limpides (….) et calmes (on verra la suite) du plan d’eau international d’aviron du cher.
Départ en rolling start qui évite les coups (même si on gagnerait à avoir un entonnoir plus resserré ou 4/5 couloirs pour forcer le rolling start). Je nage ample et souple dans ma nouvelle combi MAKO (merci Bertrand Haudegond – PUB-). L’aller se passe bien même si je trouve qu’il y a un peu de courant…. Puis bizarre c’est un peu long quand même… et au passage de la bouée du demi tour je me fais rabattre directement sur celle-ci… Ah… le barrage a du rester un peu ouvert en raison des pluies importantes… pas de bol… retour en nageant le plus au milieu possible pour profiter du courant. Sortie à l’australienne avec de nombreux supporters et une belle ambiance, je me suis trompé en déclenchant la montre mais l’heure m’indique qu’on est parti depuis plus longtemps qu’espéré. Second tour je longe la berge à l’aller pour éviter le courant, et ça marche car je double mes camarades restés plus au milieu. Retour hyper rapide porté par le courant, accompagné d’un joli crachin, sortie de l’eau pas trop mal placé je juge puisque je retrouve de meilleurs nageurs que moi sous la tente T1. Chrono officiel 1H11’55 et 45ème à la sortie de l’eau, ce qui est plutôt bon pour moi.
J’avais prévu d’enfiler mon tout nouveau short tri kiwami acheté la veille à un prix promotionnel de 0% de réduction (je ne savais pas que ça coûtait aussi cher… c’est bien, c’est beau, mais plus cher que de la lingerie fine ! Le triathlète est il si précieux ?!), un top sans manches, après m’être rapidement séché avec la serviette. Ce qui m’a permis d’être sec pendant…5’… Longue transition qui permet un petit réveil musculaire et 8’ plus tard je me retrouve sur mon fidèle SLLLLLLIIICCEE en 53eme position (je suis en mode promotionnel sur ce CR) qu’il va s’agir de ne pas faire glisser sous la pluie qui commence à tomber généreusement. Bonne nouvelle, il n’y a pas de vent en contre partie, la température est clémente et ça roule bien.
Première moitié de la boucle extrêmement roulante, je suis dans un bon rythme, proche de 36 de moyenne. Seconde moitiée un peu plus vairée, le soleil se montre, la route sèche, la température n’est cependant pas trop élevée (loin de ce que l’on peut rencontrer à Nice ou Embrun). Je m’alimente régulièrement, goûte la boisson fenioux (pas fana), les gels et barres (idem, mais bon les goûts et les couleurs… c’est du sucre donc je prends). Ma sacoche de secours accrochée au tube de selle se décroche à moitié et je la rafistole comme je peux en roulant. J’ai aussi laissé le prolongateur de valve de la roue avant qui fait un bruit d’enfer mais au moins on m’entend arriver J. Retour sur Tours, je reprends Chocho qui prend mon ombre, passe devant la famille au point de rendez vous, je croise Seb et Will qui sont devant, demi tour sur le speedway en faisant attention  à ne pas se prendre une gamelle sur la route d’accès/retour, coucou aux supporters et c’est reparti pour un tour ! Le dos va mieux qu’espéré, je suis sur une base de 5H10 environ soit mieux qu’espéré à la faveur d’un parcours plutôt facile. Le vent se lève très légèrement mais rien de difficile et on l’a assez peu défavorable sur le parcours (je dirais vent de Nord Ouest à ce moment). J’ai lâché mon chocho et à 30kms de l’arrivée Hugo sur le bord de la route m’annonce Will 2’ devant. Je le passe a 25kms du but et poursuit ma route. Petit plaisir sur les 9 derniers kms tout plat où j’appuie un peu et grapille quelques places.
Au final 5H13’24 pour 178kms et 600m de D+, soit le 46ème temps et je pose le vélo 27ème après une remontée régulière tout au long du parcours. Bonnes sensations à la descente du vélo, place au juge de paix !
La température a clairement monté et j’ai mal retenu que le premier ravitaillement n’était pas à la sortie du parc mais à 3kms… ma mini gourde vélo enfant ne me sert à rien pour le moment car vide. Heureusement que j’ai eu la bonne idée de terminer mon dernier bidon dans les derniers kms. Je pars donc très prudemment sur les 2 premiers kms sans ombre avec de bonnes jambes et un dos en bon état. Je réalise que j’ai oublié de changer de chaussettes et que j’ai les pieds trempés… pas très intelligent. Après un premier km en 5’33 je ralentis car trop vite au regard de mon niveau. Je finis par me caler sur du 5’50 hors ravitaillements. Les kms passent lentement, je suis « facile » et ça ne va pas vite donc je m’ennuie. Heureusement on rencontre régulièrement des supporters sur la première boucle et la seconde est plus bucolique à travers les parcs et chemins de promenade le long du cher. Je croise des connaissances, on papote. Je gère l’espacement un peu trop important pour moi entre les ravitos avec ma petite gourde pour boire/m’arroser et progresse doucement. Seb est loin devant, chocho et will ne m’ont pas encore rattrapé. Je croise Alban qui me dit être « moyen », david qui galope comme un cabri. Premier tour en 1H20 environ. Les enfants m’accompagne sur 100m, tout va bien. Second tour idem jusqu’au 24ème ou suite à une pause remise de chaussette je ressens les prémices d’un début de quadriceps qui commencent à trouver le temps long… il faut bien que le manque de volume à pied se paie à un moment ou un autre. Je perds progressivement des secondes au km jusqu’au 28ème où la « douleur » se stabilise, la foulée tout sauf aérienne aussi et où le mental prend le relais. Retrouver la famille et les amis fait du bien. Seb m’encourage de l’autre côté des barrières !!!! je ne comprends pas (erreur d’aiguillage d’un bénévole, il a du arrêter)!! il devrait être encore sur la cap ! J’aperçois Robin 1 à 2’ devant moi mais on avance à la même vitesse, alors je me contente de veiller sur le fait qu’il s’hydrate régulièrement ! Je décompte les kms en me disant que « dans 4kms plus que 10 » puis le compte à rebours commence. Je me fais violence pour accélérer un peu à partir du 38ème car il n’y en aura que 41 au final. Je retrouve un semblant de rythme, je prends un peu de plaisir, sisi. Les 4H10 sont jouables  pied avec 41kms,  cela équilibrera avec la longue transition et la rallonge en natation.
Entrée dans le HALL, dernière ligne droite, la famille est là, je vois le chrono qui marque 10H46’39, je l’ai fait ! Bilan 43ème sur 518. Challenge rempli !

Epilogue : lundi quelques courbatures aux quadris, une ampoule au petit doigt de pied gauche, quelques tensions dans le bas du dos et un peu de fatigue. Bonne récupération.
Epilogue 2 : lundi soir… je m’aperçois que j’ai plein de boutons sur l’arrière des cuisses… vive le short tri kiwami tout neuf et non lavé…
Epilogue 3 : mardi soir… tiens, j’ai les chevilles toutes gonflées J mais j’ai pu mal nulle part. J’écris un mail à kiwami pour le protocole qualité de lavage avant mise en vente L

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LD Vendôme 2019 : le ratio optimum entrainement/résultat ?